jeudi 22 juin 2017

S comme Société agricole

Aujourd'hui, avec la lettre S, je vais vous parler de mes ancêtres PONTOIZEAU et de leur société agricole familiale.

La Société Agricole PONTOIZEAU voit le jour le 1er janvier 1864 par un acte notarié chez Me Herbert à Challans (85).  



Cet acte indique que plusieurs membres de la famille PONTOIZEAU créent ladite société pour exploiter la métairie du Caillou Blanc sise au village des Chênes de la commune de Challans. Auparavant la famille exploitait la métairie voisine du Ballon.

extrait d'une carte de 1887

Voici donc les protagonistes qui exploiteront et vivront dans ladite métairie du Caillou Blanc :

PONTOIZEAU Louis, né en 1809, mon sosa 32, et sa troisième épouse, JOLLY Marie, née en 1812. Le couple est uni depuis peu, le 4 novembre précédant la formation de la société. (Marie est veuve et son fils Jean-Louis épousera dans 2 ans Henriette la fille de Louis !).

et les 4 enfants de Louis, nés de son mariage avec mon aïeule HUGUET Marie-Anne, décédée depuis 1842 :

  1. Jean-Baptiste Louis dit Jean-Louis ou simplement Louis, né en 1832, mon sosa 16, époux depuis 1856 de MARTINEAU Marie-Rose, née en 1831. Le couple a au 1er janvier 1864 3 enfants :
    • Jean Louis, né en 1857
    • Auguste, né en 1861
    • Marie-Rose, née en 1862
  2. Auguste, né en 1834, encore célibataire
  3. Marie-Rose, née en 1838, aussi célibataire
  4. Henriette, née en 1842, célibataire.
Plusieurs articles définissent la société :
  1. Création pour l'exploitation de ladite métairie du Caillou Blanc
  2. PONTOIZEAU père est le chef et administrateur 
  3. La durée de la société est illimitée, seul le décès de PONTOIZEAU père mettra fin  à ladite société. Le départ ou décès des autres membres n'entraîneront aucun changement.
  4. chaque membre y apporte ses biens meubles ainsi que son travail. Si un des enfants quitte la société, ses biens y resteront.
  5. tous les membres de la société seront nourris, vétus, chauffés et soignés par la société tout le temps de leur présence dans ladite société.
  6. la société est fondée aux proportions suivantes : le couple fondateur pour 4/16 et les enfants pour 12/16 à part égale.
  7. en cas de départ ou décès des enfants PONTOIZEAU, eux ou leurs héritiers pour la valeur de leurs biens resteront néanmoins dans la société jusqu'au décès de PONTOIZEAU père.
Cette acte est rédigé en présence des 3 fils de JOLLY Marie :
  • Jean
  • Alexis
  • Jean-Louis, tous les trois domestique sur la commune.
Voici donc au 1er janvier 1864, la communauté familiale PONTOIZEAU établie en société agricole en bonne et due forme.

En août 1874, le couple PONTOIZEAU-JOLLY fait une donation entre époux puis le mois suivant, Louis meurt. La société est donc de fait dissoute.

Entre temps la communauté familiale avait évoluée car dès février 1864, Marie-Rose s'est mariée et a quittée la société. 
En 1866, Henriette avait épousé le fils de JOLLY Marie, PERROCHAUD Jean-Louis qui intégrera la communauté.
En 1869, c'est Augustin qui part après son mariage.
De nombreuses naissances eurent lieu dans ladite métairie du Caillou Blanc, en effet MARTINEAU Marie-Rose l'épouse de Louis, donne naissance à Jean en 1865 (mon arrière grand père) et François en 1868. Et Henriette met au monde 4 enfants entre 1866 et 1873.


Le 20 septembre 1874, suite au décès du patriarche, toute la famille se retrouve devant Me Herbert pour faire les comptes :
  • tous les biens meubles de la société sont donnés à PONTOIZEAU Louis et PERROCHAUD Jean-Louis à part égale, à l'exception des points suivants :
    • le dit PERROCHAUD reste propriétaire d'un pétrin, une table et un coffre ainsi qu'un billet à ordre de 69 francs (datant d'août 1869, date du départ d'Auguste de la société)
    • le dit PONTOIZEAU reçoit 80 francs dont 30 sur le billet à ordre cité ci dessus.
  • Auguste devra recevoir 214.80 francs, 100 francs dans 1 an et le reste dans 2 ans.
  • Marie-Rose représentée par son époux PEIGNE Louis reçoit immédiatement 9.80 francs.
  • la veuve PONTOIZEAU, JOLLY Marie reçoit 151.70 francs.

Même après la dissolution de la société agricole PONTOIZEAU la communauté familiale continue d'exploiter la métairie. D'autres enfants voient le jour dans le couple PERROCHAUD-PONTOIZEAU entre 1874 et 1877.

En 1877, JOLLY Marie meurt.
Dans la communauté, les deux couples PONTOIZEAU-MARTINEAU et PERROCHAUD-PONTOIZEAU exploitent encore la métairie jusqu'en 1880, année du décès d'Henriette et du départ de son époux avec leurs enfants.

L'année suivante, c'est MARTINEAU Marie-Rose qui décède, un an après c'est Louis qui s'éteint en octobre 1882 à l'hôpital de Challans.

A cette date, à la métairie du Caillou Blanc, ne reste plus que les 4 derniers enfants, Auguste 21 ans, Marie-Rose bientôt 20 ans, Jean 17 ans et le petit dernier François 14 ans. Tous partirons comme domestique dans les environs ...

A SUIVRE ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire