lundi 9 mars 2015

BOUCHET Jacques (1759-1812) et le mystère de sa mort

Aujourd'hui, j'ai envie de partager avec vous le mystère de la mort de mon ancêtre BOUCHET Jacques (1759-1812), sosa 96 à la 7ème génération ...

Avant d'en arriver à son mystérieux décès, voici la vie de Jacques qui se déroule dans la marais poitevin (aujourd'hui appelé la Venise Verte à cheval sur trois départements) :



Jacques voit le jour le 11 novembre 1759 sur la paroisse de Maillé, il est le 10ème et dernier enfant de René (né le 7 mai 1721 à Taugon) journalier pêcheur de 38 ans et de LAMBERTON Michelle âgée d'environ 42 ans (mariés depuis 1743). Il est baptisé deux jours plus tard.



Quelques années plus tard, sa mère est inhumée le 2 octobre 1764 dans la même paroisse à l'âge de 48 ans. Jacques n'a pas encore 5 ans ...



René, le père de Jacques, va se remarier deux fois et avoir encore de nombreux enfants :

  • Second mariage le 22 novembre 1764 (1 mois et 3 semaines après son veuvage) sur la paroisse voisine de Taugon avec BERNARD Marie Madeleine, René a 43 ans et Marie Madeleine environ 28 ... Après 3 enfants (dont 2 filles mortes en bas âge en septembre 1772), Marie Madeleine meurt à son tour à environ 36 ans le 15 novembre 1772 à la Bernegoue de Maillé où René tient maintenant cabaret ... Jacques a 13 ans et perd sa première belle-mère.
  • 2 mois de veuvage et René, âgé de 51 ans, épouse en troisièmes noces le 18 janvier 1773 à St Sigismond (autre paroisse limitrophe) la jeune CHARIER Marie (née le 21 juin 1746 à St Sigismond) âgée de 26 ans. Le couple engendre 4 enfants jusqu'en novembre 1779.

Quelques mois plus tard, le 18 mars 1780, René, alors journalier, décède en son domicile de la Grande Bernegoue à l'âge de 58 ans (environ 66 ans sur l'acte !), Jacques a 20 ans et il est maintenant orphelin de parents ...



Dans les années 1780, Jacques est plusieurs fois présent au mariage de ses frères.

Les années passent et on retrouve Jacques, âgé de 28 ans, lors de son mariage le 16 janvier 1788 à Maillé avec AUTHET Louise, veuve de 44 ans (née le 20 septembre 1743 à Maillé) ... le mariage est de courte durée puisque Louise décède le 8 avril suivant après seulement 2 mois et 3 semaines de mariage !

Tout comme son père l'était, Jacques est journalier et pêcheur comme beaucoup d'hommes dans le marais.



Une année passe et Jacques épouse en secondes noces, ma sosa 97, THIBODEAU Marie dite Elisabeth (prénommée Marie car née le "15 août" 1757 mais usuellement prénommée Elisabeth comme sa marraine) le 12 mai 1789 sur la paroisse de l'épouse, Damvix. Elisabeth âgée de 31 ans et elle aussi veuve depuis le 23 décembre dernier de CHARIER Jean (un vieil homme qu'Elisabeth avait épousé à 21 ans alors qu'il en avait 70 !) et mère de 2 fillettes de 8 et 6 ans, Marie et Françoise ...

Le couple vit dans le bourg de Damvix dans la maison d'Elisabeth.



La maison de la famille dans le bourg de Damvix dans l'encadré rouge

Jacques et Elisabeth donnent naissance à plusieurs enfants :

  • Geoffroy né le 14 février 1790, 
  • Marie née le 16 octobre 1793 et décédée à 2 semaines le 1er novembre, 
  • Marie née le 4 février 1795 (décédée en bas âge puisque non mentionnée lors de la succession de sa mère en 1808), 
  • puis Louis né le 5 janvier 1796 (mon ancêtre sosa 48).
Le temps passe paisiblement au rythme des saisons dans le marais ...



Puis le 16 mars 1806, en fin de nuit vers 4 heures du matin, Elisabeth meurt chez elle dans sa maison du bourg de Damvix à l'âge de 48 ans. Jacques, âgé de 46 ans, est veuf pour la seconde fois !

L'été 1806 passe, puis à l'automne, le 26 novembre, Jacques qui vient d'avoir 47 ans et journalier de son état, épouse en troisièmes noces MORISSET Marie "vieille fille" du même âge (née le 10 juin 1759 à Damvix) ...

Le 26 janvier 1807, Jacques est témoin au mariage de sa belle fille CHARIER Françoise, âgée de 23 ans avec MARTIN Joseph, jeune journalier de 24 ans, aussi du bourg de Damvix.

En 1808, 2 ans après le décès de sa seconde épouse, Jacques va déclarer la succession d'Elisabeth, sans doute pour clarifier la succession vis à vis des deux filles de cette dernière, Marie et Françoise, sachant que Jacques est usufruitier de la maison d'Elisabeth à cause de ses 2 fils Geoffroy et Louis.



Vers 1810, Geoffroy le fils aîné de Jacques part comme domestique sur la commune de Benet, où il meurt chez son maître RENAUD François le 12 juillet 1811 vers minuit à l'âge de 21 ans. C'est Jacques qui déclare le décès à la mairie le jour même sur les 10 heures du matin.

Jacques n'a plus qu'un fils unique Louis âgé de 15 ans ... l'année 1811 se termine ...

Et nous voici en 1812, en janvier ... le 25, le frère consanguin de Jacques, Pierre, et MARTIN Joseph, son gendre  (plutôt le gendre de sa seconde épouse) déclarent à la mairie de Damvix que ce jour, Jacques est décédé chez lui dans sa maison situé dans le bourg à 10 heures du matin à l'âge de 53 ans (52 en réalité) ...  



Je pensais donc connaître la date et le lieu de décès de Jacques, je connaissais donc le déroulé de sa vie de sa naissance à sa mort.

De nombreuses années après ces recherches, les Archives Départementales de Vendée mettent en ligne les déclarations de succession et je décide donc de consulter toutes celles concernant mes ancêtres. Je retrouve aisément celle concernant le décès de Jacques :



Le 1er février 1812, Louis, le fils émancipé de Jacques (âgé de 16 ans) assisté de son curateur DIEULEFIT Louis, déclare la double succession de son frère Geoffroy et de son père. Et là, ô surprise, Louis dit que son père fut retrouvé noyé sur la commune d'Arçais (limitrophe de Damvix) le 24 janvier !!

Alors où est la vérité ?
Jacques est-il mort chez lui le matin du 25 janvier 1812 ou noyé la veille dans le marais à Arçais alors qu'il était parti pêcher ??

Voici donc le mystère de la mort de mon aïeul BOUCHET Jacques ...

3 commentaires:

  1. Quel mystère !
    Ca ne sera pas facile de trouver la vérité ;D
    Mais la version du fils à certainement un fond de vérité
    (j'ai vu votre article via la page facebook Vendée Généalogie)
    M. Paris

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, je pense qu'il s'est noyé tard dans la soirée du 24 janvier et qu'il fut emmener chez lui et le décès a été déclaré le lendemain matin. En tous cas, ce qui est sur c'est qu'il s'est noyé, car sur les actes d'état civil, les causes de décès sont rarement indiqué. C'est très bien de savoir tout ça sur votre ancêtre. Bonne découverte.

    RépondreSupprimer
  3. Fort bien relaté et illustré ce billet
    Nésida

    RépondreSupprimer