mardi 27 janvier 2015

Bilan Généalogique 1987-2014

J'ai décidé de faire un bilan sur mon activité généalogique, ce bilan s'effectue après plus de 25 ans de recherches. 

Ce bilan va s'orienter sur deux axes :
  • Bilan quantitatif :
    • Ascendance :
      • A ce jour, j'ai retrouvé 4179 ascendants directs, avec les implexes (de nombreux ancêtres apparaissent plusieurs fois dans mon ascendance) j'arrive à 3487 ascendants connus, 1911 hommes et 1576 femmes. Sachant qu'à la 7ème génération j'ai une fille mère ce qui réduit mon nombre d'ancêtres retrouvés sur les générations suivantes, de ce fait, mon ascendance est complète sur 9 générations et qu'il me manque 37 ancêtres pour compléter la 10ème génération ...

Statistique issue de mon ascendance sur Généatique

        • Sur ce nombre (3487), on peut retirer les ancêtres "virtuels" (les pères créés lorsque je connais plusieurs frères ou soeurs sans avoir connaissance de leur filiation). Mes ancêtres "virtuels" sont au nombre de 288 (287 hommes et une femme) dont le dernier (ou le premier !) à la 19ème génération. 
        • On peut donc dire que je connais réellement : 3199 ascendants directs sur 18 générations soit 1624 hommes et 1575 femmes :
          • le sosa le plus grand n° 228494 : André ROY né vers 1500
          • l'ancêtre le plus ancien : Pierre COUAILLEAU né vers 1490
      • Etat-Civil :
        • actes de mariage ou contrats de mariage : 750 (47,6% de 1575 couples),
          • le plus ancien, le 17 janvier 1582 mariage de Pierre PAPOT et Jacquette MADIER par contrat de mariage chez Me Quincarlet à St Maixent en Deux-Sèvres.
        • actes de baptême/naissance : 1010 (31,5% de 3199 ancêtres), 
          • le plus ancien datant du 7 septembre 1533 : baptême de Bertrand GARREAU à Challans en Vendée. 

        • actes de sépulture/décès : 1984 (62% de 3196 ancêtres),
          • le plus ancien datant du 3 février 1604 : sépulture de Louis PELISSONNEAU à Challans en Vendée.

      • Records généalogiques :

    • Bilan qualitatif :
      • Depuis le début de mes recherches à la fin des années 1980, j'ai consulté un grand nombre d'archives avec diverses sources. Bien sur l'Etat Civil et les registres paroissiaux (dont j'ai parlé plus haut), les sources primaires du généalogiste, mais j'ai pu aussi consulter d'autres sources pour pouvoir retrouver mes ancêtres mais surtout mieux connaître leur vie au delà de leur Etat-Civil et celle de leurs proches.
        • Archives privées :
          • j'ai comme tout généalogiste commencé par consulter les papiers et documents en ma possession ou chez mes proches, comme les photos, les livrets de famille, livret militaire, faire-parts, actes notariés.

        • Les Recensements de Population et autres dénombrements de population :
          • j'ai retrouvé la trace de tous mes ancêtres vivant au 19e et 20e siècles sur les recensements. En Vendée, pour certaines communes j'ai pu consulter les listes des personnes de plus de 12 ans de l'an IV (1796).
    En-tête du dénombrement de l'an IV
        • Les actes notariés :
          • Les minutes notariales regorgent de documents divers et variés concernant nos ancêtres, j'ai pu donc retrouvé la trace de mes ancêtres dans ces minutes du 16e au 20e siècle. La trace la plus ancienne date de 1529, celle de mon ancêtre le plus ancien déjà cité plus haut Pierre COUAILLEAU avec un contrat d'arrentement (contrat cité dans un acte plus récent). Voici une liste non exhaustive des divers documents que j'ai pu retrouvé concernant mes ancêtres :
            • des contrats de mariage
            • des actes d'achats et de ventes
            • des testaments
            • des partages
            • des inventaires après décès
            • ...
        • Service militaire :
          • Pour mes ancêtres masculins j'ai retrouvé leur trace sur les registres de conscription puis les registres matricules depuis l'an XI (1803) jusqu'à mon grand père maternel de la classe 1932. Vous pouvez consulter mon article et mon billet sur ce sujet. J'ai aussi étudié la période de la "Grande Guerre" pour mes AGP maternels. Pour la seconde guerre mondiale, mes grand'pères furent brièvement mobilisés ...

    Mon grand père Fernand au service militaire en 1934

        • Successions :
          • J'ai consulté les déclarations de successions de tous mes ancêtres décédés au 19e siècle. Alliées aux actes notariés comme les partages et testaments, cela nous permets de mieux connaître le niveau de vie de nos ancêtres ainsi que certains liens familiaux.
    Déclaration de la succession de mon ancêtre Louis CADET en 1820

        • Cadastre :
          • Le cadastre m'a permis de savoir au 19e et 20e siècle, en plus et en complément des actes notariés et successions, si mes ancêtres étaient propriétaires ou pas, et dans la positive, l'état et le lieu de leurs possessions.

    Extrait du plan cadastral de la commune de Liez (85)

        • Rôle de la taille :
          • il y a de nombreuses années dans les années 1990, j'ai consulté pour mes ancêtres deux-sévriens (que j'avais retrouvé à l'époque) les rôles de la taille du 17e et 18e siècles. Ces derniers m'ont permis de connaitre le niveau social de mes ancêtres dans la paroisse mais aussi de les situer géographiquement dans ladite paroisse. Autre information, la période du décès pour mes ancêtres protestants qui n'ont pas de déclaration de décès en ce 18e siècle malgré la révocation de l'Edit de Nantes ...
        • Délibérations municipales :
          • Sur la Vendée, les délibérations des conseils municipaux sont en ligne ce qui m'a permis de retrouver trace de mes aïeux dans leur quotidien avec diverses mentions dont les aides sociales qu'ils ont pu obtenir.
        • Autres sources :
          • Mon ascendance étant essentiellement vendéenne, mes ancêtres ont été très touchés par les guerres de Vendée. J'ai donc pu consulter diverses sources pour retrouver certains de mes ancêtres ayant participé de près ou de loin à ces événements historiques. Les archives de Vendée ont mis en ligne les archives concernant cette période et conservés aux archives de la Défense.
            • j'ai pu mieux connaître les parcours de Louis MARCHAIS "mon" brigand vendéen.
            • Jean MAJOU, guillotiné en janvier 1794 à Fontenay"le Peuple".
            • ou encore, Jean GUERINEAU, qui fut sergent dans l'armée royale de l'Ouest et sera pensionné à partir de 1816.
      • Depuis toutes ces années, au delà de toutes mes recherches concernant mon ascendance, j'ai :
        • étudié, bien sur, les collatéraux de mes ancêtres, enfants et conjoints, et pour certains d'un peu plus près comme mon oncle paternel Marcel PONTOIZEAU "Mort pour la France", ou Théophile EAST "l'oncle anglais". J'ai aussi voulu connaître tous les cousins germains de mes ancêtres proches, c'est à dire que j'ai retrouvé tous les cousins germains de mes arrières grand'parents, grand'parents et parents.

    Signature de Théophile EAST en 1881

        • listé mes collatéraux ayant été mobilisés durant la "Grande Guerre" dès le mois d'août 1914 et après.

        • aussi commencé la généalogie de plusieurs de mes proches, ainsi que de certaines personnes avec qui je cousine (ou pas). Cela concerne une douzaine de généalogies dont celle du super-centenaire vendéen Jean TEILLET.
    Jean TEILLET 


    Pierre PONTOIZEAU Mort pour la France en 1918

        • étudié de plus près mon village d'enfance la Richardière de Varaize en Charente-Maritime : ses familles, ses maisons, son histoire, sa famille noble les GRIFFON de la RICHARDIERE.
    Couverture des Biographie des Morts pour la France de Varaize


    Voilà le bilan de ma passion au quotidien, la généalogie. 
    Cette dernière qui partage ma vie depuis plus d'un quart de siècle !
    J'espère que ce bilan vous a permis de mieux me connaître ...

    7 commentaires:

    1. Bravo pour tout ce travail, j'en suis encore bien loin,mais cela ne fait qu'à peine 10 ans que j'ai commencé !
      Bribri

      RépondreSupprimer
    2. Félicitations pour cet exposé de votre méthode et les résultats (impressionnants) qui sont le fruit d'années de travail. Il n'y a que 5 ans que je fais de la généalogie. La lecture de ce billet et de votre site donne le bon exemple à suivre... Merci.

      RépondreSupprimer
    3. Bravo pour votre travail ! J'ai découvert votre blog il y a quelques mois et j'ai pris plaisir à vous lire, notamment en suivant votre challenge généalogique de A à Z, en déclinant pour chaque lettre une anecdote ou un sujet attenant à votre généalogie. Vous réussissez à transmettre votre passion pour la généalogie et à donner envie aussi de notre côté à faire de même. J'ai pu voir sur votre présentation que vous avez commencé votre généalogie très jeune, à 12 ans, ce qui est aussi mon cas. Je suis aussi d'origine vendéenne (partie ouest) et le virus généalogique me tient toujours !
      Dans l'attente d'autres billets à lire, en vous souhaitant encore plein de trouvailles généalogiques. J. Remaud.

      RépondreSupprimer
    4. Un grand bravo pour ce bilan ! Une généalogie très riche en documents et recherches. Je n'en suis pas encore là moi non plus, seulement 10 ans avec des périodes plus ou moins actives. Je commence mes recherches sur mes ancêtres RICHARD/DAVID originaires de la BOISSIERE DE MONTAIGU en Vendée, et effectivement les ARCHIVES en ligne sont assez riches de documents. Ces recherches feront l'objet de mon prochain challenge AZ. Je n'ai pas encore été fouillé tous les outils (succession, cadastre etc...), mais je vais y venir, car la généalogie c'est aussi cela, découvrir ce qu'il s'est passé autour de nos ancêtres ! Je trouve toujours plaisir à lire vos articles, et c'est encore le cas aujourd'hui avec ce bilan. Encore bravo. Véronique

      RépondreSupprimer
    5. Bonjour,

      Un bilan élogieux et modeste mais qui atteste d'un long travail.
      Je n'ai pas encore fouiller les cadastres, archives militaires, successions, mais cela va venir.
      Il me faut aussi voir les évêchés, mais cela m'oblige à me déplacer.
      Encore une fois un très et grand bilan.
      Alain dit blasondor.

      RépondreSupprimer
    6. Bravo Frédéric pour ce bilan et vos recherches riches et variées.
      Il va donner des idées à d'autres généalogistes pour chercher de nouvelles pistes ou voir la généalogie sous un autre angle.
      A beintôt

      RépondreSupprimer
    7. Cette recherche bien menée est impressionnante par sa rigueur, ce bilan est agréable à lire. Je viens de découvrir l'article de 1989. Quelle chance de commencer une généalogie à 14 ans et d'avoir cette persévérance. Je sais par expérience que cette connaissance enrichit une jeune existence.

      RépondreSupprimer