mardi 29 décembre 2015

Statistiques sur mes "Poilus" de la Grande Guerre



En ces années commémoratives de la Grande Guerre, après avoir listé mes collatéraux ayant participés à cette guerre dans deux articles sur mon site (la mobilisation générale d'août 1914 et mes collatéraux mobilisés en 14-18) et ayant publié un billet à la mémoire de ceux Morts pour la France sur ce blog, je tenais aujourd'hui à faire quelques statistiques sur ces hommes.

Comme je l'ai déjà expliqué dans mes précédentes publications sur ce sujet, j'ai retrouvé ces hommes dans mon ascendance en n'allant pas plus loin que les cousins germains (ou époux des cousines germaines) de mes aïeux, ces cousins germains étant aussi les neveux de mes aïeux par définition. Je ne suis pas allé au delà, c'est à dire au niveau des petits neveux ou enfants des cousins germains.
Il y a donc 3 catégories d'hommes : mes ancêtres, mes collatéraux directs (frères ou fils, cousins germains ou neveux) et mes collatéraux indirects (beaux-frères ou gendres, cousins germains par alliance ou neveux par alliance).

Voici donc les statistiques que j'ai pu effectuer avec les informations en ma possession sur ces hommes.

Entre la mobilisation générale du 2 août 1914 à la fin de la guerre en novembre 1918, j'ai recensé (avec les critères filiaux explicités plus haut96 hommes de ma généalogie qui ont été mobilisés.

En prenant, mes arrières grands parents (sosa 8 à 15, nés entre 1865 et 1889) comme référence, puisque la génération la plus impliquée dans cette guerre, voici la répartition des liens familiaux de ces 96 hommes :



Ces 94 hommes se repartissent en 59 ancêtres et collatéraux directs et 37 collatéraux indirects :



La répartition des ancêtres et collatéraux directs est la suivante :
2 ancêtres : BOUCHET Octave "Augustin" sosa 12 et POUVREAU Henri "François" Olivier sosa 14, 3 frères et 1 demi-frère, et 53 cousins germains.



La répartition des collatéraux indirects :
7 beaux frères et 4 futurs beaux frères, 
18 cousins germains par alliance et 8 futurs cousins germains par alliance.



Plus de la moitié de ces hommes furent mobilisés dès la mobilisation générale soit 51 hommes âgés de 20 à 45 ans, le plus jeune, GIRARDEAU Henri est au service depuis novembre 1913, le plus âgé, GACHIGNARD François a eu 45 ans en juin et il est marié depuis 20 ans ...
L'autre partie des hommes fut mobilisée entre septembre 1914 et avril 1918 : 12 entre septembre et décembre 1914, 27 en 1915, puis 2 en 1916, 1917 et 1918. 
Le plus âgé de mes collatéraux mobilisés fut CLEMENCEAU Jean Louis Patrice qui le fut 12 jours après ses 46 ans en avril 1915.
Les plus jeunes furent mobilisés à 18 ans, à 2 mois de leur 19 ans : GIRARDEAU Narcisse Théophile et CAQUINEAU Roger Théodore Elie, nés respectivement en juin 1896 et juin 1898.
Les deux derniers a être mobilisés en avril 1918 sont tous les deux nés en janvier 1899 : CHABOT Marcel "Louis" et PATARIN Albert Louis.
Il y a donc quasiment 30 ans entre l'aîné et le cadet !
L'âge moyen à la mobilisation de ces hommes étant de 31 ans et demi.
1 homme fut mobilisé le jour de son anniversaire ses 43 ans : ROYER Louis "Léon", le 18 janvier 1915 et 3 autres de ces hommes furent mobilisés à quelques jours de leur anniversaire :
PEIGNE Léon François la veille de ses 43 ans en janvier 1915, MORIN Alexandre Auguste le lendemain de ses 19 ans en avril 1917 et LOUIS dit LIBOURET Emile Eugène 2 jours après ses 43 ans en novembre 1914.



Parmi ces 96 hommes, 57 étaient mariés, les plus anciens depuis 1894 et 3 jeunes mariés de 1914, 2 de janvier : LACROIX Aristide et DUPE Alexandre et 1 de février : NORMAND Auguste. Un autre, GIRARDEAU Edmond se mariera en mars 1915 et sera mobilisé en juin suivant.


Comme ma généalogie est majoritairement vendéenne, la plus grande majorité de ces hommes, 82, sont vendéens de naissance puis viennent en minorité les deux-sévriens, 10, suivis par 4 hommes nés dans 4 départements différents.



Après leur âge et leur origine, voici maintenant leur profession, bien entendu, une majorité d'hommes de la terre.



Dans les autres professions ou activités, on retrouve :
un chapelier : TOUZEAU Louis, 
2 charpentiers en bateaux : les frères MORIN, Louis Eugène et Alexandre Auguste,
2 marchands de chevaux : les frères LARIGNON, Alfred et Edmond,
un peintre en bâtiment : LOUIS dit LIBOURET Eugène,
un tailleur de pierre : POUVREAU Alexandre,
et encore un étudiant es lettres : CAQUINEAU Roger Théodore Elie.

Autre item statistique, la taille de ces hommes, la taille moyenne étant de 1.63 m.
Le plus petit, DUPOND Jean-Marie "Toussaint" mesurait 1.48m et le plus grand, ALBERT Victor mesurait quant à lui 1.76m.

Les Morts pour la France

Sur ces 94 hommes, 13 ne reviendront pas.
Je ne peux m'empêcher de reparler ici de GIRARDEAU Jean, l'oncle de POUVREAU Henri "François" mon sosa 14, qui compte 7 membres de sa famille proche parmi ces 13 hommes : 4 fils et 3 neveux (voir le billet que je lui ai consacré : Une longue vie endeuillée).
Parmi ces 13 hommes, un seul était un collatéral indirect, GACHIGNARD Henri Eugène décédé en 1916 à 36 ans, il était marié depuis 1910.



Ces 13 hommes meurt entre 20 et 42 ans, soit à un âge moyen de 27 ans. 
Le plus jeune, GIRARDEAU Narcisse (dont j'ai déjà parlé plus haut) décédé en octobre 1916, 4 mois après ses 20 ans.
Le plus âgé, JOURNOLLEAU Alexandre meurt en 1917 dans sa 43ème année, il était marié depuis 1902.
Répartition des âges lors du décès : 2 à 20 ans, 2 à 21, 1 à 22, 1 à 23, 3 à 26 puis 1 à 31, 1 à 36, 1 à 38 et enfin 1 à 42 ans.
Parmi ces 13 hommes seulement 4 sont mariés (30.8%).
Répartition des décès par année de guerre :



Pour conclure ces statistiques, je vais vous dire que le dernier de ces 94 hommes, "mes poilus", est décédé le 27 décembre 1989 à l'âge de 91 ans, il y a tout juste 26 ans, il s'agit de CAQUINEAU Roger Théodore Elie, il était né en 1898 au Havre, il était le cousin germain de mon arrière grand père BOUCHET Augustin sosa 12.

vendredi 2 octobre 2015

Une fratrie d'alias

Aujourd'hui, je vais vous parler d'une fratrie dont est issu mon aïeul Louis dit Henri BOUCHET (1839-1902), sosa 24.

Comme le révèle le titre du billet, la quasi totalité de sa fratrie (consanguine et germaine), tout comme lui, portera toute sa vie un prénom différent de celui officiellement donné lors de l'enregistrement à l'État-civil.

Voici donc les enfants de Louis BOUCHET, pêcheur et cultivateur, sosa 48.

Né le 5 janvier 1796 dans le bourg de Damvix (85) et décédé le 14 août 1883 aux Cabanes de Damvix, à l'âge de 87 ans. 

Marié en premières noces le 27 mai 1823 à St Sigismond (85) à l'âge de 27 ans, avec Louise AUDEBRAN (1802-1835)

4 enfants sont nés de cette union dans le bourg de Damvix : 

1. Jacques dit Louis

Né le 16 avril 1824 sous le prénom Jacques et décédé le 24 février 1825 à l'âge de 10 mois sous le prénom de Louis. 




2. Louis dit François

Né le 12 novembre 1825 sous le prénom de Louis
Marié le 28 octobre 1851 à Damvix avec DESCHAMPS Marie (1826->1889). 
Décédé le 2 octobre 1889 dans le bourg de Damvix à l'âge de 63 ans. 



3. Louise

Née le 18 mars 1828
Mariée le 11 février 1850 à Damvix avec PRUNIER Pierre (1817-1890). 
Décédée le 22 décembre 1912 à Damvix à l'âge de 84 ans. 

4. Jean dit Alexandre

Né le 29 janvier 1832 sous le prénom de Jean et décédé le 3 septembre 1834 à l'âge de 2 ans sous le prénom d'Alexandre. 



Louis épouse en secondes noces le 22 novembre 1836 à Damvix à l'âge de 40 ans, avec Marie-Anne dite Louise METHAYER (1806-1884), sosa 49. (Marie-Anne est elle-même prénommée Louise une partie de sa vie !)

2 enfants sont nés de cette union aussi dans le bourg de Damvix : 

1. Louis dit Honoré

Né le 18 avril 1837 sous le prénom de Louis et décédé le 9 septembre 1845 à l'âge de 8 ans sous le prénom d'Honoré. 




2. Louis dit Henri, sosa 24

Né le 9 juin 1839 sous le prénom de Louis
Marié le 2 mai 1865 à Damvix avec Louise Alexandrine CAQUINEAU (1845-1882), sosa 25. 
Décédé le 8 novembre 1902 à la vieille Sèvre de Damvix à l'âge de 63 ans. 




Mon aïeul Louis Henri est tout simplement prénommé Henri dans la vie courante comme le prouvent de nombreuses traces comme les recensements de population, la déclaration de succession de son épouse et de ses parents, ou encore les actes notariés.

Extrait du recensement de 1881
Comme vous avez pu le remarquer seule Louise, fille unique de Louis, portera réellement son prénom officiel. 

vendredi 25 septembre 2015

Le jour où il a tué mon grand-père

J'ai longuement hésité à écrire ce billet sur la mort tragique de mon grand-père maternel, Fernand BOUCHET, puisque cet événement est relativement récent et implique donc émotionnellement des personnes de mon entourage (mère, tantes et oncles).

J'ai tout de même décidé de l'écrire et je vous livre ici le récit de la triste fin de mon grand-père ...


Nous sommes un dimanche après-midi de décembre 1970, le 6.
Fernand, 58 ans, est veuf depuis le décès précoce de son épouse, Louise POUVREAU, survenu 7 ans plus tôt suite à un accident vasculaire cérébral alors qu'elle n'avait que 47 ans. Ses enfants sont grands et le dernier ne vit plus à la maison depuis peu. Fernand vit donc seul dans sa maison située dans le petit village de Villeneuve sur la commune de Mazeray en Charente-Maritime.

Comme souvent le dimanche, Fernand est allé passer l'après-midi dans un bar à quelques kilomètres de chez lui en ville, à Saint Jean d'Angély, pour jouer aux cartes avec des camarades.
Fernand n'ayant pas de permis, il se déplace en cyclomoteur, une Motobécane bleue AU85.


Il est maintenant 20 heures passées, Fernand décide de rentrer chez lui et prend la route sur son cyclomoteur. Vers 20h45, Fernand circule sur la route départementale 18 (aujourd'hui dite Route de Marennes), au niveau du lieu dit le Puits de Poursay sur la commune de Mazeray, lorsqu'il se fait heurter violemment de face par une voiture, une Ford Capri.


Le chauffeur de la voiture prend la fuite, laissant Fernand sur la route sans se soucier de son état. Ce dernier, ayant perdu connaissance, se trouve coincé avec la poignée de frein dans la cuisse qui lui a sectionné l'artère fémorale, Fernand se vide alors de son sang et meurt rapidement ... 

Lorsque Fernand est retrouvé, il est déjà trop tard. Les gendarmes et les pompiers arrivent, il est reconnu par l'un d'eux, père d'une belle fille de Fernand. Sa famille est donc vite prévenue de cette triste et funeste histoire. 
Le lendemain, un de ses enfants, ma mère alors âgée de 26 ans, va reconnaître le corps meurtri de son père au dépositoire de l'hôpital.

Le chauffard, après son délit de fuite et pour dissimuler son méfait, va simuler le lendemain de l'accident un choc avec un arbre à la limite du département voisin, la Gironde. Mais, avec l'enquête, il est vite identifié (je garde ici son anonymat) et retrouvé dès le mardi 8. Il s'agit d'un homme de 34 ans qui venait à son travail aux P.T.T. de ladite ville de Saint Jean d'Angély et connu comme un alcoolique notoire ...

Fernand est inhumé auprès de Louise le mercredi 9 dans le cimetière de Mazeray.

Le chauffard sera jugé pour homicide involontaire et délit de fuite par le tribunal correctionnel de Saintes le 20 octobre 1971. Il fera appel et sera rejugé devant la cour d'appel de Poitiers le 10 février 1972. Sa condamnation finale ne sera que de : 
1000 francs d'amende, 
3 ans de retrait de permis, 
3000 francs par enfant pour les dommages et intérêts plus 2000 francs de dommages matériels, 
Et enfin, 3 mois de prison dont uniquement 8 jours fermes !!

mercredi 15 juillet 2015

Le Recensement de Population de 1911

Le recensement de population de 1911 est le dernier recensement ayant plus de 100 ans et c'est pour cela que je l'ai choisi pour ce billet.

En 1911, le XXème siècle avait une dizaine d'années et n'avait pas encore connu la terrible épreuve qui allait le secouer quelques années plus tard ... 1911 est donc aussi l'année où le recensement de population fut effectué, puisqu'il était réitéré tous les 5 ans depuis 1801, chaque département ayant conservé plus ou moins bien ces recensements.

Tous mes ancêtres vivaient cette année là en Vendée :


Voici donc la répartition de mes ancêtres (en gras) et leur foyer en cette année 1911, selon les informations recueillies sur ledit recensement :

Commune de  BENET

Eglise de Benet

Dans le bourg - Rue du Tombeau :
MARTIN Alexandre 46 ans carrier, ROYER Eglantine sa femme 45 ans, Alexandre 18 ans carrier leur fils.

Commune de  SAINT SIGISMOND

Port de Saint Sigismond avec son église en arrière plan

Dans le bourg - Grande Rue :
POUVREAU François 33 ans laitier, MARTIN Alexandrine sa femme 26 ans, Olive 8 ans, Marie 6 ans, Félix 4 ans leurs enfants.

Village de l’Autise :
JOURNOLLEAU Marie 71 ans veuve MARTIN et RENAUD.


Commune de  DAMVIX

Eglise de Damvix

Village des Loges :
BOUCHET Augustin 29 ans fermier, MAJOU Marie sa femme 22 ans, Armand 1 an leur fils.


Commune de  LIEZ

Eglise de Liez

Village des Aubiers :
GOUSSARD Pierre 51 ans cultivateur, LARIGNON Eléonore sa femme (en secondes noces) 48 ans ménagère, GOUSSARD Armand 12 ans son fils, DAZELLE Louis 85 ans son beau père (père de sa première épouse).


Commune de  MERVENT

Eglise de Mervent

Village de la Pointe :
JOURDAIN Ernest 43 ans épicier, ROYER Marie-Louise sa femme 37 ans, ROYER Jean 78 ans son beau père et BOULEAU Marie servante.


Commune de  NOTRE DAME DE RIEZ

Entrée du bourg de Notre Dame de Riez avec au fond à droite une vue partielle de l'église

Village des Acacias :
DUPOND Alexandre 69 ans journalier, BURGAUD Marie-Rose sa femme 67 ans, Imelda 27 ans leur fille couturière, Emile 4 ans leur petit fils.

Dans le bourg à la Croix Blanche :
DUPOND Louis 40 ans maçon, BIRON Eulalie sa femme 36 ans, Lucie 11 ans, Jérémie 9 ans, Florina 8 ans, Léonide 6 ans leurs enfants.


Commune de  COMMEQUIERS

L'église et la mairie de Commequiers

Maison de la Tonnelle :
RAFFIN Joseph 74 ans charpentier, CAILLONNEAU Henriette sa femme (en troisièmes noces) 71 ans ménagère, Joseph 27 ans leur fils.

Village de Tard y Fume :
PONTOIZEAU Jean 45 ans journalier, RAFFIN Joséphine sa femme 45 ans journalière, Marcel 10 ans, Marie 7 ans leurs enfants.


Analyse et compléments d'information :



En 1911, 18 de mes aïeux étaient vivants : 9 du côté paternel et 9 du côté maternel.
Le doyen avait 78 ans, ROYER Jean qui était né en 1833 et la plus jeune, DUPOND Léonide, avait 6 ans, elle était née en 1905.
Ils sont répartis sur 4 générations dans mon ascendance :
3ème génération : 2 grands parents paternels âgés de 6 et 10 ans, 
4ème génération : 8 arrière grands parents ou bisaïeux âgés de 22 à 45 ans, 
5ème génération : 6 trisaïeux âgés de 45 à 74 ans, 
6ème génération : 2 quadrisaïeux maternels âgés de 71 et 78 ans.

Ils vivaient sur 7 communes (5 communes côté maternel et 2 communes côté paternel) et composaient 10 foyers (6 côté maternel et 4 côté paternel) d’1 à 6 personnes pour un total de 37 personnes, soit en moyenne 3,7 personnes par foyer.

Sur ces foyers, 3 étaient locataires de leur logement (les couples MARTIN-ROYER, BOUCHET-MAJOU et PONTOIZEAU-RAFFIN), les autres étaient propriétaires.
1 seul foyer avait une domestique et dans 2 foyers, 3 générations cohabitaient (foyer DUPOND-BURGAUD et foyer GOUSSARD-LARIGNON).

Sur ces 18 ancêtres vivants en 1911, 9 vivaient sur leur commune natale, soit la moitié.

Concernant les professions, une grande majorité d'employés (carrier, maçon, laitier) ou journaliers, un artisan (charpentier) mais tous exploitaient la terre en activité principale (fermier ou propriétaire) ou en complément ...

Les 3 aïeux les plus anciens vivaient dans un contexte différent les uns des autres :
JOURNOLLEAU Marie, âgée de 71 ans et veuve 2 fois, vivait seule chez elle,
RAFFIN Joseph, âgé de 74 ans, vivait avec sa femme et son fils encore célibataire,
et le dernier, ROYER Jean, âgé de 78 ans, vivait chez son gendre et sa fille.

Cette année 1911, est dans ma généalogie une année comprise dans une période charnière (entre 1909 et 1915) puisque aucun de mes ancêtres n'était adolescent et donc, lors de ce recensement, tous mes ancêtres vivaient en famille contrairement aux précédents, ou encore les suivants, où l'on retrouvera mes jeunes ancêtres célibataires domestiques et logés chez leur employeur.

Vous pouvez retrouver sur mon site tous les recensements où sont mentionnés mes ancêtres entre 1836 et 1936 : les recensements et mes ancêtres.


lundi 13 juillet 2015

Françoise et ses brebis

Aujourd'hui je vais vous parler anecdotiquement de l'importance des actes notariés pour relater la vie de nos ancêtres.

Pourquoi anecdotiquement ?
parce que je vais vous parler succinctement d'un détail de deux actes notariés de la vie de mon ancêtre Marie Françoise POINT usuellement prénommée Françoise : ses brebis !!



Marie Françoise POINT, 
sosa 243 à la 8ème génération.

Elle est née le 27 janvier 1777 à St Liguaire (aujourd'hui commune rattachée à Niort, 79), à sa naissance elle avait une soeur jumelle Suzanne, décédé à 19 jours.
Elle est la fille de François, sosa 486 (1737 +1787), laboureur, et de RAVARD Marguerite, sosa 487 (1743 +1806). Elle est la sixième enfant de François et Marguerite
A sa naissance, ses père et mère étaient âgés de 39 ans et 33 ans. 

A l'automne 1803, Françoise va épouser Etienne RIBREAU (1768+1842).

Ils établissent un contrat de mariage le 22 septembre 1803 (soit le 5 complémentaire de l'an 11) chez Me GEOFFROY à Niort. La dot de Françoise est d'un montant de 300 francs dont 200 francs en nature soit :
"un lit complet composé d'un châlit a quenouilles, une coëte, un traversin rempli de plumes, une couverture de laine et des rideaux de boulanger, six draps de lit, six nappes et six essuies mains, un coffre fermant à clé et six brebis mères".

Extrait Contrat de Mariage RIBREAU-POINT chez Me Geoffroy à Niort
Un mois plus tard, le 18 octobre 1803 à St Liguaire, à l'âge de 26 ans, Françoise épouse Etienne.

Signature d'Etienne

La vie de Françoise et Etienne se déroule ... ils ont six enfants à la Tiffardière de St Liguaire entre 1804 et 1818 dont quatre se marie ...

En 1837, le couple et leur fils cadet Jacques prennent en charge une métairie, la Moye, sur la commune voisine d'Aiffres. En 1841, un an après le mariage de Jacques, les parents RIBREAU et le jeune couple ont fondé une société agricole comme convenu dans le contrat de mariage.
Le 1er février 1842, Françoise devient veuve ...

Après le décès d'Etienne, la communauté familiale continue son existence sans aucun partage de biens. Mais en mai 1846 et mai 1847, Françoise perd ses deux filles, Anne et Marie (ma sosa 121) toutes les deux mères de famille, il est alors procédé à un partage chez Me POUGNET à Niort le 3 mai 1850. Lors de ce partage, un inventaire précis des biens meubles et immeubles est établi dont : 
"trente trois brebis mères et leurs agneaux, vingt deux moutons, neuf brebis ..."

Extrait de la donation-partage RIBREAU-POINT chez Me Pougnet à Niort
et oui revoilà les brebis de Françoise ... j'aime à penser que celles de 1850 étaient les descendantes de celles de 1803 !!

Françoise vit encore quelques années et meurt le 26 décembre 1855 à Aiffres, dans la métairie de la Moye, qu'elle exploitait en famille depuis environ 18 ans ... Françoise avait 78 ans.

La métairie de la Moie aujourd'hui
Extrait Google Maps

Voilà la toute petite histoire de Françoise et ses brebis ...

vendredi 10 juillet 2015

"Mes" femmes ... au delà du temps et des générations

Aujourd'hui, j'ai décidé de dédier un billet à toutes mes "femmes" : mes aïeules ... au delà du temps et des générations ...

Parmi mes nombreuses aïeules, j'ai décidé de mettre en avant par ce billet celles décédées trop tôt.

En listant toutes mes ascendantes décédées avant l'âge de 50 ans, et comme la liste est malheureusement longue, j'ai arbitrairement décidé de ne vous parler que de celles qui ont perdu la vie avant 30 ans, ce qui représente tout de même quelques dizaines de jeunes femmes (avec date de décès retrouvée ou autre acte prouvant leur décès) ...

Toutes ces jeunes femmes sont majoritairement mortes en couches ou en fausse couche, après avoir enfanté d'une à de nombreuses fois  ...

Mère et Enfant, peinture de CASSATT Mary (1845-1926)

Voici donc mes aïeules mises à l'honneur :

1 - Aïeules avec date de naissance exacte :
    • sosa 127, ALLARD Marie Angélique, née le 10 août 1815 au Pont de la Levrière à Pissotte (85) fille de Jean & MANSEAU Marie-Anne, épouse à 19 ans BOUTIN Joseph le 15 octobre 1834 à Mervent (85), et meurt le 7 juin 1844 à la Jamonière de Mervent à l'âge de 28 ans après avoir mis au monde 5 enfants dont les 2 derniers morts en bas âge avant elle ...

    • sosa 93, RICOLLEAU Louise, née le 30 novembre 1780 au Perrier (85) fille de Jean & CROCHET Jeanne, épouse à 22 ans MASSONNEAU Jean le 15 janvier 1803 à Notre-Dame de Riez (85), et meurt à 28 ans le 18 octobre 1809 dans le bourg de ladite commune, son 3ème enfant est décédé à 6 mois 3 semaines avant elle ... 
    • sosa 249, TIREBOIS Marie Jeanne, née le 8 février 1778 à Payré sur Vendée (85) fille de François & MAUPETIT Jeanne, épouse à 23 ans ROYER Antoine le 1er novembre 1801 à Mervent, et meurt le 7 novembre 1804 à 26 ans à la Buardière de Foussais (85) après n'avoir eu qu'un fils unique ...
    • sosa  427, GUYON Jeanne, née le 5 août 1729 au Simon (85) fille de Nicolas & DIBOT Jeanne, épouse à 21 ans le 16 février 1751 à Ste Pexine (85) ARGNON André, et meurt le 7 décembre 1755 dans ladite paroisse à 26 ans, 17 jours après la naissance de son 4ème enfant, dont 2 morts en bas âge ...
    • sosa 969, TRISTANT Marie, née le 28 septembre 1713 à St Pompain (79) fille de Jacques & BOUHIER Marie, épouse à 21 ans le 8 novembre 1734 dans ladite paroisse RIBREAU Jean, et meurt le 10 août 1739 à 25 ans à St Liguaire (79) après avoir mis au monde 3 enfants dont le dernier âgé de 6 mois meurt 5 jours après elle ...
    • sosa 1981, FOURNIER Catherine, née le 19 janvier 1686 à Magné (79) fille de François & DELAVAULT Françoise, épouse à 20 ans le 8 février 1706 dans ladite paroisse DEBORDE Pierre, et meurt dans la même paroisse le 10 mars 1714 à 28 ans, seulement 2 enfants connus ...
    • sosa 1979, JOURDAIN Anne dite Renée, née le 31 janvier 1684 à Ste Radégonde la Vineuse (85) fille de Louis & GIRAUDET Jeanne (voir plus bas), épouse à 24 ans le 24 octobre 1708 à Oulmes (85) CAQUINEAU Izaac, et meurt le 22 janvier 1714 à Aziré de Benet (85) à quelques jours de ses 30 ans, seulement 2 enfants connus dont 1 mort en bas âge ...
    • sosa 1697, OGER Marie, née le 3 avril 1667 à St Valérien (85) fille de Louis & BOUDAUD Françoise, épouse à 19 ans le 30 octobre 1686 GARNIER Pierre à Pouillé (85), et meurt le 24 mars 1696 à Marsais (85) à quelques jours de ses 29 ans, 3 enfants connus dont 1 mort en bas âge après elle ...
    • sosa 1325, CHANTEREAU Michelle, née le 9 mai 1666 à St Hilaire de Riez fille de Louis & BOURMAUD Catherine, épouse à 26 ans le 28 août 1692 dans ladite paroisse BERNARD François, et meurt le 20 février 1696 en la même paroisse à 29 ans, 5 semaines après avoir donné naissance à son 2ème enfant qui va mourir quelques semaines plus tard ...
    • sosa 3879, RICHARD Marie, née le 8 février 1665 à la Villedé d'Ardin (79) fille de Pierre & MANTEAU Marie, épouse à 23 ans le 1er mars 1688 dans ladite paroisse BOUHIER René, et meurt le 4 mars 1694 à 29 ans dans la même paroisse seulement 4 jours après la naissance de son 3ème enfant ...
    • sosa 2755, PARADIS Marie, née le 15 janvier 1655 à Soullans (85) fille de Jacques & PRAUD Andrée, épouse à 21 ans le 23 septembre 1676 BROCHET André dans ladite paroisse, et y meurt le 8 août 1681 à 26 ans, le jour de la naissance de son 4ème enfant ...
    • sosa 3311, LOUET Charlotte, née le 25 décembre 1640 à Maillezais (85) fille de Louis & PIGEAULT Jeanne, épouse à 20 ans le 26 octobre 1661 COIFFE Louis dans ladite paroisse, et y meurt le 7 juin 1663 à 22 ans, 12 jours après la naissance de sa fille unique ... (je vous ai déjà parlé de Charlotte lors d'un généathème : 100 mots pour une vie)
    • sosa 7553, SERVANT Anne, née le 15 février 1634 à Magné fille de Pierre & GARNIER Catherine, épouse à 17 ans le 7 mai 1651 à Coulon (79) RESNIER Jacques, et meurt dans ladite paroisse durant l'année 1663 (année manquante) à 29 ans après avoir mis au monde son 5ème enfant le 23 décembre 1662, en effet son époux se remarie en janvier 1664 ...
    • sosa 6973, PRIOUZEAU Jeanne, née le 19 septembre 1629 à Velluire (85) fille d'André & SEIGNEURIN Anne, épouse vers 20 ans vers 1650 GANTIER Daniel, et meurt avant 30 ans avant juin 1659, date de remariage de son époux, 3 fils connus ...
    • sosa 2251, LA SOURIT Mathurine, née le 22 novembre 1607 à Challans (85) fille de Dominique & BRUNEAU Marie, épouse à 25 ans le 19 janvier 1633 GROUSSIN Jacques dans ladite paroisse, et y meurt avant janvier 1637 date de remariage de son époux, une fille unique connue ...
Tête de jeune femme morte par Nicaise-Perrin (1754-1831)

2 - Aïeules avec date de naissance approximative :
  • dans cette première partie de liste, ces aïeules sont, sans aucun doute, décédées avant l'âge de 30 ans malgré l'absence de date de naissance exacte.
    • sosa 863, BARAUD Perrine, née vers 1716, marié vers 1735 avec COUGNEE Mathurin, et décédée le 19 février 1737 à la Guyonnière (85) à environ 21 ans, une fille unique connue ...
    • sosa 295, COESTARD Anne, née vers 1713 à Commequiers (85) fille de Jacques & PENAUD Marie, épouse vers 1735 BARTEAU Hilaire, et meurt le 15 octobre 1742 dans ladite paroisse à environ 29 ans, 4 enfants connus ...
    • sosa 1951, JOURDAIN Françoise, née vers 1688 fille de Jean & JOUSSELIN Françoise, épouse vers 16 ans BABIN Pierre le 21 janvier 1704 à Coulon, et y meurt le 13 mars 1714 à environ 26 ans après avoir mis au monde au moins 6 enfants ...
    • sosa 3505, GARNIER Renée, née vers 1670 à Chalais (85) fille de François & FAVARRE Charlotte, épouse à environ 19 ans CARDIN Nicolas le 9 février 1689 dans ladite paroisse, et meurt le 22 août 1694 à St Pierre le Vieux (85) à environ 24 ans, 2 enfants connus ...
    • sosa 3959, GIRAUDET Jeanne, née vers 1662 fille de Claude & GIRARD Madeleine, épouse à environ 18 ans JOURDAIN Louis le 18 novembre 1680 à Ste Radégonde la Vineuse et y meurt dans la nuit du 22 au 23 mai 1687 à environ 25 ans, 3 enfants connus dont Anne (voir plus haut) et le dernier âgé de 3 mois et demi ...
    • sosa 1569, MACAUD Jeanne, née vers 1660, épouse à environ 19 ans METAYER Jacques le 25 janvier 1679 à Nieul sur l'Autise et y meurt avant mai 1684 date de remariage de son époux, un fils unique connu ...
    • sosa 1065, MORNET Françoise, née vers 1656 fille de Pierre & RIAND Catherine, épouse vers 20 ans MONERON Jacques le 27 août 1676 à Soullans et y meurt le 30 novembre 1681 à environ 25 ans, 2 fils connus ...
    • sosa 3873, LUCAS Louise, née vers 1655 fille de Louis & GIRARDIN Marie, épouse vers 19 ans RIBREAU Jean le 4 février 1674 à l'Eglise Réformée de Niort (79) et meurt entre juin 1675 et février 1681 date de remariage de son époux, un fils unique connu ...
    • sosa 1623, THIBAUDEAU Thomasse, née vers 1635 à St Michel le Cloucq (85), épouse à environ 22 ans METAYER Jean le 23 octobre 1657 dans ladite paroisse et y meurt le 14 octobre 1662 à environ 27 ans, 3 enfants connus ...
famille paysanne gravure de Levasseur 18ème siècle
  • dans cette deuxième partie de liste, plusieurs de mes aïeules du 16ème ou 17ème siècle sont décédées aussi très jeunes mais sans pouvoir prouver qu'elles le sont avant 30 ans ou au environ à quelques mois ou années près :
    • sosa 3371, BREBION Gabrielle, née vers 1650-1655, épouse vers 1673 COUZIN Pierre, et meurt le 21 juin 1684 à St Hilaire du Bois (85) après avoir mis au monde au moins 4 enfants ...
    • sosa 1591, LUCAS Marie, née vers 1645, épouse vers 1668 à l'Eglise Réformée de Niort POUVEREAU Pierre, et meurt entre octobre 1673 et novembre 1674 à environ 29 ans sans doute à Benet (85), 3 enfants connus ...
    • sosa 3931, BRUNET Vincende, née vers 1630-1635 à Bouillé (85), épouse vers 18 ans MASSE René le 28 janvier 1653 dans ladite paroisse et y meurt le 23 février 1660, 4 enfants connus ...
    • sosa 2639, GABORIT Marie, née vers 1625-1630, épouse vers 1646 à environ 16 ans à St Hilaire de Riez MICHEAU Pierre et meurt dans le bourg de ladite paroisse le 16 août 1656, 3 enfants connus ...
    • sosa 6531, POUGNET Marie, née vers 1625-1630 à Nieul sur l'Autise fille de Jean & BOUTEILLER Jacquette, épouse avant 1653 PATARIN François et meurt entre juillet 1653 et 1656, une fille unique connue ...
    • sosa 3929, LARGETEAU Michelle, née vers 1625-1630, épouse le 4 février 1647 à Courdault (85) MESNARD Michel, et meurt dans ladite paroisse le 17 mars 1654, 3 enfants connus ...
    • sosa 1553, BOURNEAU Jeanne, née vers 1625 à Damvix (85), épouse le 22 octobre 1646 TIBAUDEAU Jean dans ladite paroisse et y meurt le 19 décembre 1653, 2 fils connus ...
    • sosa 57123, GARREAU Marie, née vers 1560 fille de Jehan & ROY Mathurine, épouse vers 1580 à Fontenay le Comte (85) COCHET Simon et décédée avant juin 1586, 2 filles connues ...

jeudi 9 juillet 2015

La "cougar" de mon ascendance

Les généalogistes le savent, la différence d'âge entre époux a toujours été présente dans nos familles. Majoritairement, ce sont les hommes qui sont plus âgés que leurs épouses, voir beaucoup plus âgés ... 
Aujourd'hui, l'on connait les femmes qualifiées de "cougar" mais autrefois nos ancêtres pouvaient aussi épouser des hommes plus jeunes qu'elles.

Sur Wikipédia, la définition d'une "cougar" : 
"Le mot couguar (cougar étant un anglicisme popularisé en France en 2011, avec la diffusion de la série Cougar Town, et entériné en 2011 par les dictionnaires français) est un terme argotique abondamment employé par la presse lors des années 2000, et qualifiant des femmes ayant des relations avec des hommes plus jeunes qu'elles. Pour Zoe Lawton et Paul Callister « la définition la plus simple et la plus largement utilisée est celle d'une femme de 35 ans ou plus qui sort ou cherche à sortir avec des partenaires ayant au moins six ans de moins qu'elle »".

Alors, j'ai voulu chercher parmi mes ancêtres si j'avais eu des femmes que l'on pourrait qualifier aujourd'hui de "cougar", et là, une de mes ancêtres sort du lot (une dizaine d'ancêtres), et devient la vraie "cougar" de mon ascendance, vous allez voir pourquoi :

PELLETIER Jacquette
Sosa 985 à la 10ème génération.

Née le 24 mars 1716 à Maillezais (85), fille de Mathurin (1684 +1764), marchand boucher, et de ROY Anne, (1684 +1731), quatrième enfant de Mathurin et Anne. 
A sa naissance, ses père et mère étaient âgés de 32 ans et 31 ans. 

Acte de baptême de Jacquette
source : AD85 en ligne
Sans savoir pourquoi, Jacquette reste, pour l'époque, très longtemps célibataire. Mais ses soeurs aînées aussi, elles sont 3 sur 4 à s'être mariées après leur 30 ans ... En juin 1749, sa soeur aînée Anne, âgée de 37 ans, épouse GUILLOT Guillaume un veuf d'une quarantaine d'années (mon sosa 1968). C'est sans doute lors de ce mariage que Jacquette, alors âgée de 33 ans, fait la connaissance du fils aîné de Guillaume, Geoffroy âgé de 20 ans. 
Deux ans plus tard, le 16 juin 1751 à Damvix (85) à l'âge de 35 ans, Jacquette épouse Geoffroy âgé de 22 ans (mon sosa 984), né le 9 février 1729 à Damvix, fils de Guillaume (vers 1706 +1758), marchand farinier, meunier, et de feue FABIEN Françoise (vers 1697 +1747). Il est le premier enfant de Guillaume et Françoise. A sa naissance, ses père et mère étaient âgés d'environ 23 ans et d'environ 32 ans. 

acte de mariage de Jacquette et Geoffroy
source : AD85 en ligne
Jacquette et Geoffroy ont donc une différence d'âge de 12 ans 10 mois et 15 jours ...
Ils auront un fils unique, Jean né le 7 mars 1752 à Damvix. Cette même année, sur cette même paroisse Geoffroy assiste à la naissance de son petit frère, Guillaume, qui est aussi le neveu de son épouse, Jacquette !! vous avez suivi ?

En mai 1759, Jacquette devient veuve, elle a alors 43 ans ...

Quelques années passent et Jacquette réitère, le 1er février 1763 à Damvix à l'âge de 46 ans, Jacquette épouse FAVREAU Pierre, domestique âgé de 28 ans seulement, né le 15 février 1734 à St Georges de Rex (79), fils de feu René (vers 1685 +1755), et de feue GOIMARD Louise (1688 +1734) (par ailleurs mes sosas 1974 et 1975). Il est le dixième enfant de René et Louise. A sa naissance, ses père et mère étaient âgés d'environ 49 ans et 45 ans. Pierre n'avait que 11 jours lors du décès de sa mère !

Pour la deuxième fois, Jacquette épouse un homme plus jeune qu'elle, cette fois, Jacquette et Pierre ont une différence d'âge de 17 ans 10 mois et 22 jours ... 

Le couple n'aura pas d'enfant. Ils vivront ensemble une quinzaine d'années avant que Pierre décède à 44 ans en novembre 1778 à Liez (85). Jacquette ne lui survit qu'un peu plus de 2 ans et meurt le 12 janvier 1781 à l'âge de 64 ans.

acte de sépulture de Jacquette
source : AD85 en ligne

Et vous, avez vous aussi une aïeule "cougar" ?






      samedi 13 juin 2015

      L comme LUCASSE

      L comme Lucasse ROBERT, ma sosa n° 57133 à la 16ème génération.

      Origine du prénom :

      Forme féminisée de Lucas qui est inspiré du grec leukos, ou Luc en français, qui est synonyme de « brillant » ou de « blanc ».

      100 mots pour la vie de Lucasse :

      "Lucasse ROBERT est née vers 1550 dans la capitale du Bas-Poitou, Fontenay. Vers 1570, Lucasse épouse Etienne POUPONNEAU, jeune boucher. Lucasse donne la vie à un fils, Etienne et à une fille, Philippe. Veuve entre 1587 et 1588, Lucasse s’installe dans le bourg voisin de l’Orbrie et demande la tutelle de son fils Etienne attribuée à son beau frère Noël MOREAU, boucher et juré de la ville. En février 1589, elle épouse en secondes noces Simon COCHET, veuf et marchand drapier dans le faubourg des Loges de la paroisse St Nicolas de Fontenay. Avant mai 1597, Lucasse s’est éteinte …"

      Illustration du métier de boucher autrefois
      Carte de Fontenay vers 1700

      signature de Simon COCHET second époux de Lucasse

      Juré, c'est quoi ?

      Autrefois, échevin, membre du conseil de la commune.